Top 10 Meilleur Whisky 2020

Difficile de faire un choix pour votre nouveau Whisky ? Nous avons rédigé ce guide d’achat spécial Whisky pour vous aider, avec le TOP10 des meilleures ventes du moment, des tests, des avis… Comme dans tous nos guides d’achats, nous avons fait le maximum pour vous aider à choisir le meilleur Whisky !

Notre sélection de whisky

#AperçuProduitEvaluationPrix
1 Connemara Original Peated Single Malt Whiskey Irlandais, Single Malt Tourbé (1 x 0.7l) Connemara Original Peated Single Malt Whiskey Irlandais, Single Malt Tourbé (1 x 0.7l) 728 Commentaires 32,29 € 27,99 €
2 Nikka Whisky From The Barrel 50 cl Nikka Whisky From The Barrel 50 cl 1 092 Commentaires 45,49 € 37,90 €
3 Long John Scotch Whisky 2 L Long John Scotch Whisky 2 L 21 Commentaires 33,01 €

Guide d’achat whisky

Rappel : L’abus d’alcool est dangereux pour la santé !
Pour fêter une occasion spéciale, pour passer une bonne soirée entre amis ou tout simplement pour l’offrir en cadeau, le whisky est une solution non négligeable. Cependant, vu le nombre de marques disponibles sur le marché, il est souvent facile de s’y perdre. Il est donc nécessaire de connaitre les spécificités qui font d’un whisky l’un des meilleurs. Sachez néanmoins qu’un bon whisky est celui qui vous donnera pleine satisfaction. Ainsi, dans ce dossier comparatif, nous allons vous parler de ce qui fait ce type de boisson spiritueuse l’un des plus appréciés dans le monde. Nous nous attarderons également sur son élaboration ou les différents types existants. Nous vous donnerons aussi des astuces sur les meilleures façons de déguster votre whisky. Tous ces sujets vous seront donnés, justement pour que vous fassiez le bon choix lors de votre achat. Vous êtes prêt ? Allons-y !

Le whisky c’est quoi au juste ?

Créé officiellement au XVe siècle en Écosse, le whisky est un alcool dont la réputation n’est plus à prouver. Il s’agit d’une eau de vie faite à base de différentes céréales telles que l’orge (maltée ou non), le seigle, l’avoine, le maïs et le blé. À noter que les ingrédients peuvent différer en fonction du fabricant et du pays d’origine. Différents pays producteurs existent pour ce spiritueux à savoir l’Écosse avec son scotch, l’Irlande avec le whiskey ou l’Irish, les États-Unis avec le bourbon ou le rye et enfin le Japon.

Comment aimer un whisky ?

Il faut savoir qu’un bon whisky est celui qui vous donnera du plaisir, ni plus ni moins. Même les experts dans le domaine sont unanimes sur ce point. Un bon whisky pour une personne ne peut pas forcément l’être pour une autre. Mais assurément, il y aura un whisky qui vous conviendra.

Pour le savoir, il vous faudra peut-être passer par de nombreuses gammes, et les gouter, car c’est au moment de la dégustation que vous pourrez savoir si vous aimez (ou pas). En effet, il faut que vous ayez l’impression de passer un bon moment lorsque vous prenez une gorgée. Le meilleur whisky est celui qui vous donnera un petit sourire au coin de vos lèvres lorsque la liqueur sera dans votre bouche. Au début, ce n’est pas la peine de vous attarder sur les marques, les prix ou les notes de dégustations des experts. Privilégiez uniquement le spiritueux qui vous fera passer un bon moment.

En savoir plus sur les différentes appellations

Sachez qu’il n’existe pas qu’un whisky, il y en a plusieurs. En effet, il y a différentes appellations de whiskies en fonction de leur origine et de leur mode de fabrication.

Le whiskey

Il s’agit d’un whisky qui dispose d’une spécificité propre. Le whiskey irlandais subit une triple distillation à la différence des autres spiritueux. Lors de la dégustation, la boisson est plus douce et passe plus facilement dans votre gorge.

Le bourbon

Originaire des États-Unis, le bourbon américain tient sa différence dans l’ingrédient principal utilisé. Généralement, il y a plus de 50 % de maïs dans sa composition et des fûts neufs sont utilisés pour son vieillissement. Cela permettra au whisky bourbon d’avoir un goût subtil de vanille, qui fera le bonheur des amateurs de whisky. On l’utilise également pour réaliser des cocktails.

Le rye

Toujours provenant des États-Unis, le rye est un whisky qui utilise le seigle comme composant principal. Utilisé à plus de 50 % jusqu’à 95 %, cet ingrédient permet d’obtenir un arôme plus fruité, mais également plus sec et plus lourd par rapport au bourbon. Il est plus difficile à consommer pour les amateurs, mais s’avère être un allié important lors de la préparation de cocktails classiques.

Le scotch

Le scotch whisky, quant à lui est d’origine écossaise. Sa distillation suit un processus élaboré depuis 1909. On le laisse vieillir pendant 3 ans, voire plus en fonction de la distillerie. Les fûts utilisés sont en général faits en chêne, ce qui confère à la boisson alcoolisée un arôme unique qui fait la renommée de ce whisky écossais.

Les étapes de fabrication du whisky

L’élaboration du whisky suit un processus strict qui permettra d’avoir un spiritueux de qualité.

Le maltage

Il s’agit de la première étape de fabrication du whisky. L’orge mûre est trempée dans de l’eau pendant 2 à 3 jours dans le but de faire murir et faire germer celle-ci. Des enzymes spéciales sont alors libérées et vont transformer les amidons en sucres. Ces derniers vont ensuite être assimilés par des levures. Cette étape est cruciale afin d’obtenir de l’alcool.

Ensuite, on étale l’orge sur du sol en béton pendant 6 à 12 jours. La durée de cette opération va être déterminée en fonction des conditions climatiques, environnementales, et aussi de la qualité de l’orge utilisée. Durant cette étape, l’orge est régulièrement brassée pour que les enzymes sécrétées rendent les amidons solubles, ce qui favorise leur transformation en sucres.

Lorsque la germination est finalisée, vient alors l’étape de séchage de l’orge. Traditionnellement, ce procédé est réalisé à l’aide d’un feu de charbon de bois auquel de la tourbe est ajoutée pour obtenir un whisky tourbé. Lorsque la tourbe est brulée, une partie de ces composants fusionnent avec le malt, ce qui contribue largement dans le processus de maturation.

Le broyage du malt

Une fois l’orge maltée sèche, l’étape de broyage est essentielle afin de la transformer en « Grist » (malt broyé). On la mélange ensuite avec de l’eau chaude dans une cuve spéciale que l’on appelle « Mash Tun » . À partir de là, le Grist va se transformer en un liquide sucré que les professionnels et les connaisseurs nomment « Wort » . À noter qu’il y a une étape de filtrage des déchets solides qui conditionne la qualité finale du whisky obtenu.

La fermentation

Cette étape consiste à fermenter le filtrat obtenu. En effet, après avoir refroidi ce dernier, on le transfert dans des cuves en bois ou en acier nommés « Washbacks » . La contenance de ces cuves varie entre 9000 et 45000 litres. Dans ce procédé, on ajoute de la levure afin de démarrer la fermentation proprement dite, qui va durer 3 jours environ. On produit donc un liquide appelé « Wash » qui ne contient encore qu’une petite teneur en alcool, comparable à celle de la bière.

La distillation et la mise en fût

Cette étape s’effectue au moins deux fois (double distillation) à l’aide d’alambics en cuivre nommés « spirit safe » dans lesquels, le serpentin de condensation est refroidi par de l’eau et renouvelée de manière permanente.

La première distillation se définit par une chauffe de 95 °C, ce qui sépare 99 % de l’alcool aux autres composants. Le produit obtenu, appelé « Low Wines », est ensuite transféré dans une autre cuve appelée « spirit still » pour une seconde distillation. Grâce à un chauffage à 85 °C, on obtient un produit qui tient une importante teneur en alcool (75°). Ici, il est possible qu’une troisième distillation soit effectuée, comme le cas des whiskey irlandais par exemple.

Après la distillation, l’alcool récupéré va ensuite être transféré dans des fûts en chêne en général. Mais avant, le degré d’alcool va être ramené à 64° au lieu de 75°. En fonction des marques, les futs sont, soit neufs, soit ayant déjà servi pour la maturation de bourbons américains par exemple. Leur contenance varie entre 250 et 500 litres en général.

Les quantités nécessaires d’orge et d’eau pour une bouteille de whisky

Pour vous donner une idée de la quantité des ingrédients utilisés par les distilleries, nous allons vous donner une petite référence pour une bouteille de whisky de 70 cl. D’une manière générale donc, on a besoin de 11 litres d’eau et de 1,4 kg d’orge. On peut alors comprendre pourquoi les grandes distilleries de whisky se placent à proximité d’endroits où il y a de l’eau en abondance. Pour l’orge, si certaines marques se font approvisionner par des fournisseurs spécialisés, d’autres aménagent une grande plantation dans leur domaine.

Comment choisir son whisky ?

Maintenant que vous en savez suffisamment sur les whiskies, il est temps de vous donner les points clés pour choisir le whisky qui stimulera vos papilles.

Single malt whisky ou Blend whisky ?

Ces termes vous disent quelque chose ? Non ? Eh bien, nous allons vous les expliquer. Quelle que soit leur origine, il s’agit des deux grands types de whisky.

Le single malt est un produit issu d’une unique distillerie. L’avantage ici, est que chaque distillerie dispose de son processus propre et surtout de son type de fût. En effet, comme déjà précisé dans ce guide, le fût tient une place prépondérante dans la saveur finale d’un whisky.

En ce qui concerne les blended whisky, il s’agit d’assemblages de plusieurs fûts issus de plusieurs distilleries. D’ailleurs, le mot « blend » signifie mélange en anglais. Par ailleurs, certaines distilleries utilisent du whisky de grain (qui sont beaucoup moins cher à distiller) mélangé avec du whisky de malt, pour des raisons d’optimisation des coûts. Ce mélange donnera ainsi du blend whisky. Pour ce type de whisky, nous vous conseillons de privilégier ceux qui sont fabriqués par de grandes marques. En effet, les bouteilles vendues à des prix très bas peuvent vous donner une très mauvaise surprise.

Whisky tourbé ou non tourbé ?

Contrairement aux idées reçues, un whisky tourbé n’est pas forcément le meilleur whisky du monde ! En effet, beaucoup de distilleries n’utilisent pas la tourbe, mais proposent des produits ayant une saveur plus qu’appréciable ! De plus, il existe plusieurs nuances concernant le niveau de la tourbe, telles que les whiskies légèrement tourbés ou extrêmement tourbés par exemple. Mais encore une fois, cela va dépendre de votre satisfaction au moment de la dégustation, comme nous l’avons déjà dit plus haut.

Attention, il est essentiel de connaitre la différence entre les whisky tourbés et les whisky « fired » ou « smoked ». Le procédé est totalement différent, car leur technique consiste à bruler intensément le fût avant son remplissage. Le produit final sera donc beaucoup plus fumé, mais sera différent d’un whisky tourbé à tous les niveaux.

Le vieillissement et l’âge du whisky

Le vieillissement est un critère important contrairement aux boissons alcoolisées telles que le gin ou la vodka. Un whisky n’en est pas un, s’il n’est pas soumis à une période de vieillissement. Aux États-Unis par exemple, on les fait vieillir pendant 2 ans minimum et en Écosse, c’est 3 ans minimum. Ce critère est important dans la mesure où c’est à ce niveau que les distilleries peuvent offrir des produits vraiment originaux.

Concernant l’âge du whisky, si vous optez pour des produits de 6 à 12 ans d’âge, vous serez surement satisfaits. En effet, plus ils sont vieux, plus leur contact avec le fût fournit des palettes aromatiques plus marquées. Aussi, sachez que plus un whisky est vieux, plus il va vous falloir y mettre le prix. La raison est simple : son immobilisation a coûté cher à la distillerie.

Comment déguster du whisky ?

Il est important de savoir que la dégustation du whisky peut, ou ne pas être satisfaisante. Pour vous éviter une mauvaise expérience, voici quelques astuces.

Le bon verre pour un bon whisky

Ne vous fiez pas aux verres larges utilisés dans les films ou dans les séries TV. En effet, priorisez les verres à pied pas trop petits, ni trop grands. Cela vous permettra de profiter pleinement de sa saveur. Nous vous conseillons également de prendre le temps qu’il faut au moment de la dégustation afin de bien déceler les arômes proposés.

En cocktail, sec ou avec de l’eau fraîche ?

Bien déguster son whisky n’a pas vraiment de règles, mais vous devez d’abord vous poser les bonnes questions. Qui va le boire ? Est-ce qu’il sera bu en apéritif ou en cocktail ? La dégustation sera donc conditionnée par les réponses que vous apporterez, car en apéritif par exemple, optez pour des whiskies légers. En cocktail, privilégiez les plus forts pour qu’ils ne perdent pas leurs arômes. Par ailleurs, le boire sec est également une bonne option. Enfin, l’ajout de glaçon est déconseillé, car le choc thermique a tendance à dénaturer les saveurs de votre whisky.

Top des ventes

Dernière mise à jour : 2020-04-04 02:35:00